Bienvenue à Oxford . Le forum a ouvert le 2 septembre 2016. Rejoignez-nous pour une aventure de folie
N'oubliez pas de laisser un petit mot sur bazzart ou pub rpg design
Intégrez les Harris Manchester Hall ou les Merton Hall pour gagner directement 50 livres sterling après votre validation

Partagez | 
 

 La douleur elle disparaît jamais, on apprend juste à vivre avec. [Raph & Rav]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
✻ bizut de la pembroke hall
✻ bizut de la pembroke hall
Voir le profil de l'utilisateur
L'arrivé à Oxford : 18/10/2016
Messages : 120
La monnaie anglaise (£) : 121

La douleur elle disparaît jamais, on apprend juste à vivre avec. [Raph & Rav], Sam 5 Nov - 0:50

Voilà maintenant un peu plus d'une semaine que ton entorse est complètement remise. Tu as pu te remettre à la danse et tu dois bien avouer que ça t'avait énormément manqué. Malheureusement, Kelly, la Queen's qui t'avait fait tomber et qui était par conséquent responsable de ta blessure, ne te laissait jamais tranquille. Elle était toujours là, derrière toi, à essayer de te faire chuter. Et si ce n'était pas cela, alors elle s'amusait à t'insulter. C'était de pire en pire, à la limite du harcèlement. T'avais envie de lui éclater la tronche dans un mur dès que tu la croisais et ça, ce n'était pas du tout bon signe.

Là, en ce moment, tu avais besoin d'isolement. De te barrer, de ne plus être confrontée à elle encore une fois. Tu le savais, tu étais trop impulsive. Pour le coup, t'avais juste envie d'aller te chercher un chocolat au starbuck et de rentrer te caler sous la couverture devant un Disney. Probablement le Bossu de Notre-Dame, ton préféré. Aussi bête que cela puisse paraître, tu te trouvais des points communs entre Quasimodo et toi. Vos mères sont mortes quand vous étiez très jeunes, vos pères sont des hors-la-loi. Pour pousser le vice encore plus loin, tu peux même comparer le juge Claude Frollo à la société, celle qui n'accepte pas les pauvres et les mendiants. Oui, parfois tu pars chercher tes idées un peu loin.

Présentement, c'est une voix que tu ne connais que trop et que tu ne supportes plus qui te sors de tes pensées. Tu lèves alors les yeux au ciel avant de quitter la fil d'attente du Starbuck. Mais voilà que Kelly et ses sbires te suivent. Ça te lance des injures, ça te dénigre. T'en a vraiment raz-le-bol. Or, tu n'es pas au bout de tes peines. La Queen's fini par te rattraper et te plaque contre un mur. Non, elle ne va pas t'embrasser rassure toi. A la place de ça, elle se permet un regard moqueur, méchant avant de prendre la parole : ''Pourquoi tu réponds pas quand on te parle ? Tes parents t'ont jamais appris la politesse ?'' Des rires se font entendre dans son dos, ceux de ses amis. ''Ah merde ! J'avais oublié ! Ta mère est morte et ton père est un criminel ! Je comprend mieux pourquoi t'es une déséquilibrée !'' Elle était là la goutte d'eau qui fit déborder le vase. Elle pouvait t'insulter toi, autant qu'elle voulait mais il était hors de question qu'elle s'en prenne à tes parents.


Tu as vrillé d'un coup. C'était comme si ton cerveau avait été déconnecté. Bam ! Coup de boule dans ses dents. Tu l'as ensuite attrapé, et tu l'as frappé. Encore, et encore. Un bon groupe s'est formé autour de vous. Certaines personnes essayaient de te faire lâcher prise. Mais il faut croire que tu es plus forte que tu en as l'air. Tu allais encore décevoir Maxence. Sur le coup tu t'en foutais. Tout ce que tu voyais, c'était elle, c'est tout. Ton regard était d'ailleurs obstrué par de nombreuses larmes de rage. Bien sûr, elle te rendait les coups ! Du moins, quand elle pouvait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

Re: La douleur elle disparaît jamais, on apprend juste à vivre avec. [Raph & Rav], Lun 7 Nov - 15:53


Définitivement, il était temps pour moi de rentrer chez moi. La nuit a été longue et surtout très mouvementée. Qui aurait cru que j'aurais téléphoné à Malek pour venir me chercher alors que j'étais ivre. En fait, je ne sais pas si je dois me demander qui aurait cru qu'il serait venu me chercher. Nous qui sommes supposé se détester à la base pour la mort de Sara mais en plus parce que nous faisons parti de collèges rivaux. C’est vrai qu’il y a longtemps nous étions des amis, mais de là à dire qu’après sept ans nous sommes capable de nous parler comme deux adultes civilisés après tout ce qui c’est passé c’est de la folie. Quoi qu’en même temps il a raison. Je dois arrêter de ruminer dans mon coin et surtout me pardonner pour ce que je n’ai finalement pas fait. J’ai payé trois années de tôle, alors oui il a raison il faudrait que j’arrête de me faire du mal. Ce n’est pas nécessaire d’arrêter de penser à elle, mais disons plutôt que si je fais le vide de tout ça, il me semble que tout serait plus simple et surtout sain. Dans tout les cas hier, bien que ce matin je sois un amorti par l’alcool je ne regrette pas d’avoir passé la nuit avec Malek. Faut ce le dire la vie nous réserve souvent des bonnes comme de mauvaises surprises. Puis la nuit dernière malgré les tensions qui se sont installées entre nous ce fut une assez bonne surprise.

Je marchai donc en ville à la recherche d’une place ou me poser avant de continuer ma route. Parce que oui marcher ça me faisait du bien. En tout cas ça éclaircissait mes idées bien qu’elles étaient brouillées. Déjà l’air frais de cette journée me faisait du bien. J’entrai donc dans ce café avec la ferme intention de m’asseoir tranquille et siroter une dose de caféine. Cependant, l’entrée du café était obstruée par une foulé de gens attroupés autour de deux filles. J’étirai mon cou, histoire de voir ce qui pouvait bien ce passer, pourquoi il y avait tant d’agitation et je Raven en train de frapper cette fille au sol. Sans trop me faire prier j’ai bondis au travers du groupe, frappant moi-même ce mec qui m’empêchait de rejoindre Raven. C’est quoi il voulait attendre de voir si cette fille allait mourir ? Je poussai donc une ou deux filles qui s’agitaient autours d’elles puis tirai tu l’épaules de Raven. « Raven arrête ! » Dis-je presque en criant. J’aurais pensé que cela l’aurait saisis, mais à voir l’expression sur son visage j’allais devoir en faire un peu plus. Je passai donc mes bras autour de son ventre l’attirant avec moi dans ma course qui se termina sur Le sol tellement elle se débattait. Assis sur le sol, Raven dos à moi et aussi assise sur mes jambes, je déposai ma main sur son front la forçait à appuyer sa tête mon épaule. « Ça va .. J’suis là ! » Dis-je tout bas. Je relevai la tête puis regardai les gens autour de nous. « Y’a rien à voir ici bande d’idiot ! » Mes paroles n’étaient pas douce, mais depuis quand j’suis doux. J’haussai la voix de nouveau. « Ramassez votre connasse de sœur et DÉGAGEZ ! » Décidément, s’il y avait quelqu’un pour me contredire, encore qui allait rester là, il était mort. Quoi qu’il y avait ce gars que je lui ai pratiquement éclaté le nez qui revint vers nous. Je me levai donc dans même y penser. Je le poussai une nouvelle fois et dit : « T’attends que j’te casse les jambes et qu’tu sois plus capable de marcher ? T’es masso ou quoi ? T’es déjà plus capable de respirer, fou l’camps connard ! » Criais-je les yeux pratiquement exorbités de la tête avant qu’il s’approche de moi et m’en colle une direct sur la bouche. « T'as pas fini d'entendre parler d'moi » Me dit-il alors que je me retiens de ne pas rire après qu'il m'en ait collé une au point de m'avoir fendue la lèvre. Pas de problème, moi des baffes je m’en prends tout les jours, c’est pas son petit coup de tapette qui m’fait peur. Du coup, je le poussai jusqu’à ce qu’il sorte du café. Il me cherchait celui-là et s’il continuait j’allais faire des choses qui allaient probablement directement me retourner en tôle. Les poings serrés je retournai vers Raven. Je m’assoyai au sol avec elle et la regardai : « Tout le monde est parti. » Dis-je sur un ton de voix qui se voulait rassurant. « Ça va ?» Terminai-je.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
✻ bizut de la pembroke hall
✻ bizut de la pembroke hall
Voir le profil de l'utilisateur
L'arrivé à Oxford : 18/10/2016
Messages : 120
La monnaie anglaise (£) : 121

Re: La douleur elle disparaît jamais, on apprend juste à vivre avec. [Raph & Rav], Lun 7 Nov - 21:41

Elle était juste là, ton corps l'écrasant, tes poings la cognant, cette fille qui t'avait fait péter les plombs en quelques minutes. Et tu ne voyais plus qu'elle, elle et ses cheveux décolorés. Tu lui en voulais. Tu allais lui faire ravaler ses paroles à cette vipère. Tes coups n'étaient pas doux. Étrangement, aucunes personnes travaillant dans le café n'est intervenu. Cependant, un amas de gens s'est formé autour de vous. Certains avaient la volonté d'aider, de vous séparer. Or, ces derniers étaient à chaque fois retenu par d'autres. Et autour de vous ça hurlait des "Baston !" comme à l'école élémentaire.

Soudain, une main se posa sur ton épaule et te tira en arrière en te hurlant d'arrêter. Tu connaissais bien cette voix puisqu'elle appartenait à ton ami Raphaël. Malheureusement, son rappel à l'ordre n'eut aucun effet sur toi puisque les coups continuaient de pleuvoir sur la pauvre pimbêche qui t'avait provoquée. Il faut croire qu'il était vraiment déterminé à vous séparer puisque tu sens ses bras passer t'attraper et te tirer un peu plus fort en arrière. Et bien que tu te débats comme une lionne, il arrive à t'emmener en arrière avec lui. "Lâche moi ! Raphaël ! J'vais la tuer cette pouffiasse !" Vous finissez par atterrir sur le sol, toi sur ses jambes. C'est alors qu'il tente de te calmer en ramenant ta tête contre et en t'assurant que tout va bien, que maintenant il est là. Il faut dire qu'il commence à avoir l'habitude de devoir et c'est bien malheureux. Tu arrêtes alors de te débattre. Ton ami cri alors contre la populace, mais tu ne l'écoutes pas, tu ne l'entends pas. Tu serais incapable de répéter ce qu'il vient de dire alors qu'il parle juste dans ton oreille. Tu n'entends même pas les insultes qui déferlent sur toi. Tu ne prêtes plus attention à ces connards qui te traitent de connasse, de cinglée, de psychopathe et d'autres jurons tous plus pires les un que les autres. En ce moment, tu es comme ailleurs, perdue dans tes pensées.

Mais finalement, il te lâche pour se relever et se confronter à ce type qui a voulu l'empêcher de t'aider. Tu recules lentement contre le mur avant de lever les yeux vers eux. Au même moment, tu vois ce mec frapper Raphaël à deux reprises. Surprise, tu sursautas. Tu étais recroquevillée sur toi même, la tête dans les genoux, tremblante à cause de tes nombreux sanglots lorsque ton ami revint vers toi. Quand il te demanda si tu allais bien, tu te contenta de secouer la tête de gauche à droite avant de te relever. Tu le voyais les derniers clients encore présent ne te regardaient pas vraiment d'un bon œil. Alors, tu pris la décision de sortir rapidement du café. Tu te posas sur un banc non loin. Tes mains tremblantes tentaient d'actionner le briquet que tu avais sortit préalablement pour allumer la cigarette qui était coincée entre tes lèvres. Tu pris une longue taf. C'était sûr, tu allais être renvoyée définitivement, et tu pourrais dire adieux à tous tes rêves de carrière de danseuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

Re: La douleur elle disparaît jamais, on apprend juste à vivre avec. [Raph & Rav],

Revenir en haut Aller en bas
 
La douleur elle disparaît jamais, on apprend juste à vivre avec. [Raph & Rav]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Roue de l'Hydre... Attention : Elle tourne!
» Les 4 miracles de la femme
» Adieu Levan III du nom,on ne vous oublira jamais....
» recherche replique taille réelle épée SDA
» Mon lapin ne dort jamais :)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WE MADE IT ! ::  :: ✻ WOODSTOCK ROAD-
Sauter vers: